Je t’écris de Cluses 350

JE T’ÉCRIS DE CLUSES ET DE SES ENVIRONS (1944-1975)

27,50

Mino FAÏTA

1944-1975 :  Ce sont les « Trente Glorieuses » a écrit Jean Fourastier. Les décennies les plus dynamiques de l’économie française. Après la guerre, il faut reconstruire et produire de tout ! A Cluses et dans la vallée de l’Arve, on sait faire, c’est l’héritage de près de cinq siècles d’histoire industrielle. Progressivement la ville que la géographie s’obstine à dire fermée, s’ouvre, accueille et se mélange à celles et ceux venant d’ailleurs ; s’enrichit des utopies, participe à la modernité, l’ancien bourg devient Cité. En parcourant ces lettres « imaginaires », le lecteur découvre les lieux et « ce peuple de la terre et des machines » sans lequel rien ne saurait exister. Le rédacteur vient d’ailleurs. Sa voix est tout à la fois  émerveillée, amusée, puis tonique, engagée. Toujours fraternelle cependant. Au cours des temps, l’ancien visiteur n’est plus, celui qui écrit est désormais un homme des lieux.

Mino Faïta.
Après une première tentative de quelques mois en 1958, Mino Faïta, natif de Tarente en Italie du Sud, revient définitivement à Cluses en 1961. D’abord ouvrier décolleteur, puis professeur certifié d’histoire géographie, l’auteur consacre essentiellement ses publications à l’histoire industrielle  savoyarde , à la Première Guerre mondiale, puis à celle de l’immigration italienne en France. Des travaux au cœur desquels on trouve toujours « le peuple de la terre et des machines », ces milliers de femmes et d’hommes qui produisent, qui s’engagent et dont on ne parle que trop rarement.

 

UGS : Sav-07 Catégories : , , Étiquettes : ,

Format 30 x 21 cm
128 pages

ISBN : 978-2-915652-66-6

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “JE T’ÉCRIS DE CLUSES ET DE SES ENVIRONS (1944-1975)”